Cergy Street Festival : le retour !

Dans l’arrière cour du Théâtre 95 à Cergy, des amateurs de street-art s’initient au graffiti, accompagnés des artistes Horor et Ndeck du collectif Art Osons, ainsi que des membres de l’association Essec & Bab. Sur le cellophane noir, tendu entre deux poteaux, les lettrages colorés prennent forme : « GENERATION ». La fresque participative, mise en place le 10 mai dernier par la Nouvelle scène nationale à l’occasion de Génération(s) #3, fait office d’introduction à la deuxième édition du Cergy Street Festival, organisée par Essec & Bab, du 21 au 25 mai 2019.

« Faire sortir l’Essec dans Cergy »

Essec & Bab, c’est l’association de cultures urbaines de l’Essec situé à Cergy-Préfecture. Née en 2011, Essec & Bab a pour objectif de promouvoir la culture hip-hop en organisant des soirées sur le thème, mais aussi de « faire sortir les étudiants de l’Essec dans Cergy, avec un guide des bonnes adresses », confie Lamia Ouedemi, étudiante en Master 1 à l’Essec et responsable du Cergy Street Festival. Le souhait de gommer la rupture sociale entre les étudiants de la grande école de commerce et les Cergyssois a donné naissance au festival en mai 2018. Suite au succès de la première édition, l’événement est reconduit cette année.

Encore plus d’événements

Soutenus notamment par la mairie de Cergy et la Nouvelle scène nationale, les organisateurs ont vu plus grand pour la deuxième édition du Cergy Street Festival. Le groupe de rap 13 Block est l’invité d’honneur au Théâtre 95, ce jeudi 24 mai. Un concours tremplin a également été lancé pour permettre aux artistes de la scène rap du Val-d’Oise de jouer en première partie.

La diversité des cultures urbaines est célébrée lors de la « journée street » ce samedi 25 mai : initiations au graffiti avec Art Osons, ateliers hip-hop avec Noonanji, démonstrations de parkour avec H2Squad ou encore ateliers Djing avec La Ruche. « Une exposition et une conférence s’ajoutent au programme, précise Lamia. Pour cette deuxième édition, nous attendons encore plus d’étudiants et de familles du 95 pour réunir autour des cultures urbaines ! », s’enthousiasme-t-elle.

Un projet formateur

Démarcher les artistes, obtenir des partenariats, contacter des institutions… Telles étaient les missions des étudiants pendant près d’un an pour organiser le Cergy Street Festival. « S’impliquer dans un projet d’ampleur en parallèle des cours nous a permis d’acquérir des compétences pratiques », évoque Lamia, pour qui l’organisation du festival a été « un véritable job à temps partiel. » Surtout, le partage d’une telle expérience avec les autres étudiants, les partenaires et les artistes, a permis une « véritable ouverture d’esprit », ajoute la jeune étudiante, impatiente de voir son travail aboutir.

En ligne sur la Gazette du Val-d’Oise.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s