Wild Wild Waves, fréquences hybrides

Articles & interviews, Musique

« Peindre des tableaux sonores aux fréquences et textures hybrides ». Le quartet lyonnais Wild Wild Waves formé en 2012 se détache par contraste de la grande toile des artistes électro underground. Un mélange hétéroclite de batteries, de contrebasse et de vibraphone aux notes synthétiques et percussives fait entrer le groupe WWW dans une autre dimension sonore et visuelle, hors champ. A l’occasion de la sortie de la version remixée, le 8 juin 2018, de leur premier album « Nuées », rencontre avec les membres du groupe.


Une vague sauvage et mouvante

Des nuits entières à écouter des albums, à se projeter dans un futur proche et lointain. Ainsi est né Wild Wild Waves. Koji (contrebasse, voix), Keyjah (vibraphone, claviers), Submarine (machines), et Ssokaa (batteries, machines) se sont rencontrés dans les couloirs du conservatoire de Lyon, en cursus jazz. « Ces interminables nuits, un peu sauvages, nous ont inspirés pour le nom du groupe Wild Wild Waves. Les trois ‘W’ forment une vague » expliquent les quatre amis. « On a pris le temps de construire notre propre univers musical » évoquent-ils. Influencés par Weval, Blue Hawaii ou encore Björk, les membres de WWW explorent de nouvelles tonalités et vont plus loin dans leur recherche musicale. C’est le fruit d’innombrables heures d’improvisation et de reprises en studio. « On pourrait qualifier notre musique de mouvante et hétérogène, comme les vagues. On expérimente avec ce qui nous passe sous les doigts. C’est notre petit laboratoire intime » suggère le quartet. La personnalité de chaque musicien forge les différentes créations musicales de WWW.

11221296_498692753611283_4898195872748042839_n

Wild Wild Waves 2015 – © Antoine Meunier

Et le premier album « Nuées » a vu le jour, en mars 2017. « Nous l’avons composé lors d’une résidence de deux semaines dans le Berry, au milieu des champs de tournesols. Des nuées d’oiseaux traversaient le ciel le soir » racontent les artistes. Un contexte propice à des explorations sonores.

De la matière sonore

Des rythmes percutants, des résonances astrales et une voix qui semble flotter sur la musique. L’album « Nuées » donne à voir les sons. Le groupe peint des « tableaux sonores », des longues plages de jeu que les artistes conçoivent touches par touches. « A la façon d’un producteur, on fait évoluer nos morceaux en rajoutant des petits éléments sonores, presque inaudibles » explique WWW. « Cela donne l’impression de créer une grande toile, qui se précise d’instants en instants, et dont on est les seuls à connaître la forme finale » s’enthousiasment les artistes.

« On aime créer avec nos mains ». Le quartet étend aussi son intérêt pour l’art aux graphismes et aux collages qu’ils utilisent pour leurs visuels. « Les collages sont devenus un rituel à chaque moment symbolique du groupe. On tombe sur plein d’images qui nous marquent, on se les partage, et on en ressort une esthétique » disent-ils. Dans le groupe, Koji crée des visuels pour différents labels, artistes et surtout pour le plaisir. Une dimension artistique qui complète l’univers sonore de WWW.

Collage1

Collage – © WWW

Soif de nouveaux projets

« Redécouvrir notre album et le faire découvrir à ceux qui ne le connaissaient pas ». Wild Wild Waves revisite son album avec la sortie de « Nuées Remixed » le 8 juin 2018, sur le label l’Affect Records. Sept titres remixés par sept artistes au style musical différent. Woodwire propose une version aérienne du titre « Dawn » tandis que 2080 explore des sons plus percutants et électroniques sur le morceau « Times ». « On a plein d’amis dont on apprécie le travail musical. On a été agréablement surpris du rendu ! » s’exclame le groupe. « C’était un prétexte pour travailler ensemble, rencontrer des producteurs que l’on connaît moins ».

remix nuées artwork complet

« Nuées Remixed » – © Koji

Et ce n’est pas tout. Le groupe prépare un nouvel EP prévu à l’automne prochain, aux nuances plus pop. « On a également pris le temps de bosser les textes plus en profondeur que sur ‘Nuées’, on voulait parler de trucs qui fâchent, de sujets importants pour nous » ajoutent-ils. Un clip est aussi en cours de réalisation pour l’un des nouveaux titres, dans un esprit coloré et acidulé.

capture décran clip

Prochain clip EP – © WWW

Laura Barbaray

Publicités

Leska, le duo éclectique

Articles & interviews, Musique

Le bruit des roues d’un skateboard sur le bitume, des tonalités électro percussives, et la voix de José R. Fontao qui monte en puissance. « Curious » le nouveau titre de Leska, duo formé de Marc Mifune (alias Les Gordon) et Thomas Lucas (alias Douchka), donne un avant-goût de leur prochain EP « Circles II » prévu le 15 juin 2018. Après leur succès au Printemps de Bourges l’an dernier, les deux artistes rennais joueront aux Vieilles Charrues le 21 juillet prochain.


Un duo complémentaire

Leska, c’est la rencontre entre deux univers musicaux différents, mais complémentaires. La légèreté de Les Gordon et l’énergie de Douchka.

Marc est violoncelliste. « J’ai étudié au conservatoire » explique-t-il. Avec son projet Les Gordon, il signe plusieurs EPs, aux sonorités synthétiques et japonaises, chez le label Kitsuné. Thomas, lui, est batteur et DJ. Petit à petit, il se fait une place dans la musique électro en signant chez Nowadays Records.

La singularité des deux artistes a formé Leska, en 2015. « On a chacun notre univers. Notre volonté est de créer une troisième entité musicale à part entière » résume Marc. « Lorsqu’on a sorti notre premier morceau ‘Olympia’, on n’imaginait pas faire du live. On produisait du son, mais un son tout à fait nouveau. Et aujourd’hui sur les sessions live, la complémentarité se fait tout naturellement » ajoute Thomas.

Originaires de Rennes, les deux artistes trouvent aussi un point de jonction dans la ville bretonne. « On s’y sent bien. Rennes est comme un foyer pour nous » évoque Marc. « C’est vrai qu’on est particulièrement attachés à la ville, puisque notre premier concert était à la scène de l’Antipode, à Rennes. Cependant, on reste ouverts au territoire national » confie Thomas.

52

Leska (Marc et Thomas) – © Micky Clément

De nouvelles expériences sonores

Explorer un genre musical nouveau, imaginer des sonorités progressives. Tel est le projet de Leska. « On n’aime pas les étiquettes. On ne dresse pas de frontières entre les genres. On teste, on expérimente librement de nouveaux sons, ce qui permet d’affiner notre identité, mais notre principal objectif est la recherche de nouvelles expériences sonores » explique Thomas. En piochant dans l’électro, le rock ou encore la musique classique, Leska compose spontanément. « Chaque morceau renouvelle perpétuellement notre style musical » ajoute Marc.

Après leur premier EP « Circles » en 2017, aux mélodies reggaeton et influencé par leur voyage en Afrique du Sud, Leska revient avec l’épisode 2. « Circles II », la suite logique ? « Les rythmes sont plus lents et percussifs, on a beaucoup appris des lives. C’est la suite de notre évolution musicale, de nos recherches sonores », affirme Thomas. Les deux jeunes artistes ont apporté de nouvelles voix, en attachant de l’importance aux collaborations. « Cela s’inscrit toujours dans notre volonté d’expérimenter : sur le premier EP on a déjà samplé, alors intégrer de vraies voix nous semblait intéressant cette fois-ci », selon Marc. La chanteuse américaine Lia prête sa voix sur le titre puissant et organique « Only and only ». Ou encore José R. Fontao, du groupe Stuck In The Sound, sur le morceau « Curious ».

Cover CIRCLES Web Full HD

Circles II – Leska

Des artistes complets

Le duo Leska excelle dans la musique, mais aussi dans la production visuelle. Marc et Thomas ont entièrement réalisé le clip de « Curious », sur le port de Douarnenez en Bretagne. Une nuée de skateurs tournoient au milieu des entrepôts. « Depuis un certain temps, on pensait réaliser un clip avec des skateurs. La websérie de Marion Gervais ‘La bande du skatepark’ a beaucoup influencé notre travail » évoque Thomas. « D’autre part, on a écrit pas mal de maxis sur le port de Douarnenez, c’est significatif pour nous » se souvient-il.

Sur scène, Leska mêle les sons électroniques avec de vrais instruments. Marc joue du violoncelle ou encore de la guitare. Entre deux mix, Thomas se met à la batterie. « Faire danser le public, c’est notre principal désir » résume Marc. La scénographie fait partie intégrante du live : les lumières intensifient les sons pour une performance pleinement réussie. Une effusion d’énergie.

750x500

Clip « Curious » – Leska


Concerts à venir :

  • 21/07/2018 : Festival des Vieilles Charrues – Carhaix-Plouguer
  • 18/08/2018 : Festival Submersons – Muzillac
  • 19/09/2018 : Point Éphémère – Paris

Laura Barbaray

Focus sur la playlist : l’interview de Voyou

Articles & interviews, Musique

Artistes en floraison – Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En décembre, l’artiste Voyou, de son vrai nom Thibaud avec le titre « Seul sur ton tandem » est mis à l’honneur.


Tu joues de la trompette depuis ton plus jeune âge. Quelle relation entretiens-tu avec cet instrument ?

C’est un instrument que je connais depuis toujours. Mon père est trompettiste, il était professeur de musique dans un collège et au conservatoire. J’ai un rapport assez familier avec cet objet. J’ai commencé très jeune à en jouer. Et puis au moment de l’adolescence, je m’en suis éloigné, je voulais faire de la musique plus rock.

Aujourd’hui, je rejoue de la trompette, j’ai du mal à m’en séparer. J’ai été musicien trompettiste pour le groupe Rhum For Pauline il y a quelques années. Les membres du groupe savaient que je jouais de la trompette au conservatoire, ils m’ont donc proposé de me joindre à eux.

Comment es-tu entré dans le monde de la musique ?

J’ai été musicien pour trois groupes : Rhum For Pauline, Elephanz et Pegase. Ces différents groupes musicaux avait leur label et au fur et à mesure j’ai rencontré plusieurs personnes. Je me suis constitué un petit réseau. C’est notamment grâce à Elephanz (formé en 2008) que je suis véritablement entré dans le monde de la musique. Le groupe de rock commençait à avoir de l’importance à l’époque et j’ai eu la chance de rencontrer du monde influent. Aujourd’hui, je travaille encore avec certains d’entre eux.

A l’écoute du titre « Seul sur ton tandem » aux tonalités pop/synthétique, on ne s’imagine pas un « voyou » chanter… D’où vient ton nom d’artiste ?

Il n’y a pas vraiment une seule et unique explication. Selon moi, tout le monde s’est fait appeler au moins une fois « voyou » de façon amicale par ses parents, sa grand-mère ou un ami. C’est un nom générique, auquel le public peut facilement s’identifier. Mon projet « Voyou », qui date de 2016, est un projet personnel, mais je souhaite toucher tout le monde. Ainsi, garder mon nom et mon prénom sur scène pour faire de la musique ne m’intéressait pas.

Ton premier EP « Seul sur ton tandem » sortira le 26 janvier 2018. Que racontes-tu dans tes chansons ?

Beaucoup de choses différentes. Je parle de l’enfance, de l’ennui, de l’amour, de l’amitié, de la fuite. Encore une fois, mes chansons concernent tout le monde. Trois titres déjà sortis figureront dans l’EP : « Naufragé », « On s’emmène avec toi » et « Les soirées ». Et un tout nouveau morceau, intitulé « Légende Urbaine ».

Les textes racontent une histoire, j’aimerais que chacun puisse se retrouver, se reconnaître dans les chansons. Que ça évoque pour chacun un sentiment partagé.

[photo 2] VOYOU_cover
Cover EP « Seul sur ton tandem » – sortie le 26/01/2018

Comment s’est déroulée la fabrication de ton EP ?

J’ai composé mon EP seul avec mon ordinateur, sur le logiciel Logic. J’ai tout composé, tout arrangé moi-même. J’ai également écrit les textes. C’est un processus tout à fait solitaire, donc ! Puis, Julien Delfaut m’a accueilli dans son studio à Paris pour faire quelques reprises de voix et le mixage. A Pornic, dans le studio « La Maison du Futur », j’ai également enregistré quelques prises de son avec des instruments de musique que je ne connaissais pas personnellement, afin d’apporter un peu plus de matière aux musiques.

Quelles sont tes influences musicales ?

Je n’ai pas réellement d’influences musicales précises… Je ne préfère pas un style musical plus qu’un autre, ou une époque plus qu’une autre. J’écoute absolument plein de styles musicaux différents : du rap, de l’électro, du rock, de la chanson française en passant par la musique africaine. Mon père n’écoutait pas tant de musique finalement : il en jouait plus qu’il n’en écoutait à la maison. C’est surtout ma mère et ma sœur qui écoutaient beaucoup de musique : Manu Chao, William Sheller ou encore Michel Fugain. Ma mère adorait la musique latine, aussi ! C’est un mélange de toute cette culture musicale qui a forgé mon propre style aujourd’hui.

Les paroles de « Seul sur ton tandem » sont plutôt douces et mélodieuses. On a même qualifié le titre de « morceau-roman ». Es-tu d’accord avec cette idée ? Qu’as-tu voulu exprimer à travers ce titre ?

Oui, j’essaie de raconter des histoires. Il y a un début, un milieu, une fin avec de la matière. Cependant, je me laisse aller quand j’écris. J’écris pour me faire du bien, j’essaie d’être sincère pour parler à tout le monde. Je raconte une rupture ou un décès, mais de façon douce et sereine. Dans ce sens, j’accompagne chacun dans des moments de vie différents.

Comment a-t-il été composé ?

Pour l’écriture même des textes, je préfère laisser le public s’approprier mes paroles et ne pas révéler ma source d’inspiration.

Au niveau de la composition musicale, il y a plusieurs versions différentes : une cinquantaine, pour être franc ! Pendant un an, j’essayais de trouver l’équilibre parfait, l’accord et la ligne mélodique. Les textes sont tristes certes, mais je souhaitais que la musique soit plutôt pop et pétillante. Ainsi, je revenais constamment sur la musique : dès que j’avais une idée, je modifiais les sons, les rythmes, les accords.

Il n’y a pour l’instant pas de clip accompagnant la musique. Un clip est-il prévu pour ce morceau ?

Le clip pour « Seul sur ton tandem » est en cours. Il doit sortir le 26 janvier 2018, en même temps que l’EP. C’est Vincent Castant qui travaille dessus. Il a déjà réalisé des clips pour Polo & Pan, par exemple. Je l’ai rencontré dans le Pays Basque et m’a fait découvrir sa websérie « Ouai j’vois ouai ». Un travail vraiment remarquable ! Ce que je peux dire du clip pour l’instant, c’est que l’on a tourné des vidéos à la mer et on a loué un tandem. Vincent a un univers bien à lui, je lui fais totalement confiance pour la réalisation du clip.

Pourrons-nous assister à tes concerts prochainement ?

La date la plus importante est celle du 9 avril 2018 à la Maroquinerie à Paris. En ce moment, je suis en tournée pour une quarantaine de dates : le 22 décembre pour le Capsule Festival à Lamballe en Bretagne, le 26 janvier à Rouen et le 27 janvier à la Rochelle… Toutes mes dates sont publiées au fur et à mesure sur ma page Facebook.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Le projet d’un futur album mûrit petit à petit : je commence à enregistrer des nouveaux morceaux !

Article à retrouver sur Radio Néo.

Laura Barbaray

Focus sur la playlist : l’interview d’EX-ILE

Articles & interviews, Musique

Artistes en floraison – Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En octobre, le jeune duo EX-ILE (Léo et Tarik) de Noisy-le-Sec (93) avec le titre « J’attends la chance » est mis à l’honneur.


Vous êtes deux jeunes artistes de 22 ans (Léo) et 23 ans (Tarik). Poursuivez-vous des études supérieures ou bien vous consacrez-vous entièrement à la musique ?

Tarik : Pour ma part, je viens de finir mes études il y a peu de temps. J’étais à l’école d’urbanisme de Paris, qui appartient à l’université de Marne-la-Vallée.

Léo : J’ai fait des études en communication, mais ça ne m’a pas plu. Pour l’instant, je ne poursuis pas un cursus universitaire. Mais je n’exclus pas l’idée de reprendre les études ! On aimerait se laisser un an pour nous consacrer à nos projets musicaux. On verra où cela nous mènera.

On vous connaissait l’an dernier sous le nom de « Hermès Baby ». Pourquoi avoir changé le nom de votre groupe par EX-ILE ? Comment ce projet est-il né ?

Tarik : On a eu un différend avec la marque, qui nous a envoyé un courrier nous demandant de changer le nom du groupe. « EX-ILE » est synonyme d’échappatoire. C’est par la musique et par les textes que l’on peut s’échapper de notre quotidien. On sort de notre banlieue, de notre isolement. Et puis l’an dernier on a véritablement enrichi notre projet, nos musiques. Alors changer de nom permettait aussi une renaissance du groupe.

Léo : Cela fait sept ans que l’on joue de la musique ensemble, mais depuis deux ans on a monté plus concrètement le duo pour écrire les textes, composer des musiques et réaliser des clips. Notre projet s’étend sur cette longue période : de l’apprentissage de la musique il y a sept ans jusqu’à maintenant où l’on est plus dans la recherche musicale et dans la composition.

Quels sont les artistes qui ont influencé votre musique ? Comment pourriez-vous définir votre style musical ?

Léo : Je pense que le groupe qui nous a mis une claque et qui nous a appris à composer, à penser la musique, c’est Phoenix, un groupe électro/rock français. On a regardé des quantités de documentaires sur Arte à propos de la composition de leur album. Ça nous a totalement inspiré. Et puis nos amis écoutent plein de choses différentes, alors on absorbe tout ce que l’on peut !

Tarik : Dernièrement, parmi les artistes qui nous ont inspiré il y a Frank Ocean, un compositeur-interprète américain qui mixe des mélodies très différentes, ainsi que Tyler The Creator, un artiste américain hip-hop. On aime être à la synthèse d’une culture musicale qui brasse rap, pop, électro… On a des influences, mais on ne se revendique pas d’un seul style musical en particulier.

Votre premier EP « Direction Est » est sorti le 20 octobre. Comment s’est déroulée cette toute première expérience et de quoi parle votre EP ?

Tarik : C’est une expérience qui s’étale sur deux ans. On a d’abord enregistré des morceaux chez nous, au fur et à mesure de nos compositions.

Léo : Et puis, on a rencontré la maison de production GUM à qui on a proposé notre EP. On est ensuite passé en studio avec Bastien Dorémus, notre producteur musical (l’un des musiciens de Christine And The Queens).

Tarik : Bastien nous a aidé à voir plus loin, à apporter de la fraîcheur dans ce que nous avions déjà enregistré. On a revu les arrangements et retravaillé avec du matériel plus élaboré.

Léo : On a eu la chance de travailler avec des musiciens géniaux tout en gardant notre propre originalité musicale.

Tarik : En ce qui concerne la signification de l’EP, dans nos textes on raconte ce que l’on vit, on reste proche de notre quotidien. Finalement, on interroge notre identité. On vient de banlieue, mais on est constamment attiré par Paris…

Léo : On considère l’EP comme une boucle : les textes évoquent un gars qui rentre dans sa banlieue à l’aube d’une soirée parisienne. La journée, il a des hauts et des bas, des espoirs et des désillusions. Et puis sa routine recommence.

Tarik : Les titres forment aussi une boucle. On commence par le titre « Direction Est » et se termine par « A l’Est rien de nouveau ». On revient toujours sur notre point de départ.

photo 2

Ep « Direction Est » – octobre 2017 – © Juan Clemente

Le titre « J’attends la chance » fait partie des entrées en playlist ce mois-ci. Comment a-t-il été composé et quelle pourrait être sa signification ?

Léo : C’est un morceau très important pour nous. Il est venu à nous presque par hasard. J’ai commencé par enregistrer un son au clavier, juste pour tester. J’ai posé ma voix sur le morceau sans vraiment réfléchir. Et Tarik a écrit un texte de dingue (j’ai été surpris !).

Tarik : Cette expérience nous a marqué : c’était la première fois que l’on composait une musique qui nous ressemblait réellement. Des textes simples, une musique simple. Quand on l’a présenté à la première démo, on appréhendait, on allait livrer une part de nous-même…

Le titre et les paroles rappellent notre situation à l’époque. J’attends la chance, mais en même temps je peux et je vais la provoquer car personne ne va me la donner. C’est ce qui caractérise la jeunesse banlieusarde.

Le clip, en noir et blanc, suit votre escapade à moto à travers Noisy-le-Sec. Quel lien entretient-il avec le titre « J’attends la chance » ?

Léo : Le clip a été réalisé avant la musique. Et finalement, la musique concordait entièrement avec les images. Ça a été un hasard évident.

Tarik : On a filmé un ami à moto. A l’origine, quand j’écrivais le morceau, je pensais déjà à lui. On souhaitait évoquer une échappée, une fuite. On peut dire que l’on a pris le contre-pied de ce que l’on pourrait comprendre par « J’attends la chance ». On n’attend pas, on prend en main nos aspirations, nos désirs.

Le clip a été entièrement réalisé avec un iPhone. Pourquoi avoir choisi cet outil pour le tournage ?

Léo : En fait, on avait l’idée de réaliser un clip avec du vrai matériel. On a commencé par faire des repérages avec l’iPhone. Et puis on s’est rendu compte que les prises de vues fonctionnaient parfaitement et adhéraient à notre identité.

Tarik : Aussi, la réalisation du clip se prêtait bien aux paroles du morceau. Pourquoi attendre alors que l’on peut le faire nous-même ? Cette spontanéité nous caractérise.

Avez-vous déjà des concerts prévus ?

Tarik : Non, mais nous sommes en pleine préparation du live. On répète au studio Pigalle et au studio Bleu à Paris. On retravaille avec Bastien qui nous aide beaucoup.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Léo : Le live sera la prochaine étape. Et puis on avance notre prochain EP qui devrait sortir avant l’été.

Tarik : On travaille aussi l’écriture des prochains clips. Et on réfléchit à l’idée d’un éventuel album… Pourquoi pas.

Laura Barbaray

Article à retrouver sur Radio Néo.

Focus sur la playlist – l’interview d’Alligator

Articles & interviews, Musique

Artistes en floraison – Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En septembre, le duo Alligator (Camille et Alexis) avec le titre « Rafale » est mis à l’honneur.


Quel est votre parcours personnel à tous les deux et comment le projet Alligator est-il né ?

Alexis : On s’est rencontré quand je suis arrivé à Paris il y a trois ou quatre ans. On avait monté un groupe de musique rock à plusieurs, Camille était la chanteuse. Mais ça ne s’est pas super bien passé dans le groupe. On n’arrivait pas vraiment à composer de morceaux.

Camille : Chacun venait avec son style musical mais on ne s’entendait pas. Et puis on s’est retrouvé à deux et on s’y est mis à fond. On répétait dans une salle, c’était bien plus productif.

Alexis : A la suite de quelques répétitions, Alligator est né en août 2016. Ensuite, on a mis nos musiques en ligne sur SoundCloud.

D’où vient le nom du groupe « Alligator » ?

Camille : On avait un peu de mal à trouver, alors j’ai traîné pendant des jours et des jours sur des sites d’anagrammes. J’ai essayé mon prénom, celui d’Alexis, nos noms de famille. Finalement, avec nos deux noms de famille cela faisait « alligator » et « octets ». On a décidé de garder « Alligator » pour le nom de groupe et « Octets » pour le nom de l’album.

Quelles sont vos influences musicales qui forgent la particularité de votre groupe ?

Camille : Je pense qu’il y a une différence entre ce que l’on joue et ce que l’on écoute. Cependant, les années 80 sont une référence musicale évidente. Personnellement, je suis une grande fan de Daho !

Alexis : On essaie de modeler notre propre style musical. Pour ma part, j’ai des influences musicales plutôt anglo-saxonnes. Comme nous avons convenu d’écrire nos paroles en français, Alligator est une expérience musicale toute nouvelle pour moi.

Parvenez-vous à vivre de votre musique ou avez-vous un travail à côté ?

Camille : Non, pas du tout ! Moi je suis architecte, et Alexis est médecin. Nous n’avons pas l’intention d’abandonner notre métier. J’aime ce que je fais. Cependant, on aimerait consacrer plus de temps à notre groupe.

Comment se sont déroulés la composition et l’enregistrement de votre album « Octets » sorti en décembre 2016 ?

Alexis : On n’a pas été produit, c’est un album entièrement fait maison et enregistré dans un appartement du 19ème arrondissement de Paris !

Camille : Après la sortie de « Octets », on nous a conseillé des logiciels pour remastériser quelques morceaux. Quand on a mis en ligne nos musiques sur SoundCloud il y a un an, on savait qu’elles n’étaient pas parfaites. Mais pour l’instant nous ne souhaitons pas les réenregistrer. Le premier jet nous plaît, c’est le fruit de notre travail !

Alexis : Notre album est disponible sur la Souterraine et on aura bientôt un CD au mois de septembre.

a1807662819_10

Vous avez joué aux Trois Baudets le 19 septembre. Cette salle possède une riche histoire musicale (Brassens, Brel, Gainsbourg et bien d’autres y ont joué). La salle est également gérée par le Jardin Imparfait, la société qui héberge Radio Néo. Qu’est-ce que la salle des Trois Baudets représente pour vous ?

Camille : Je n’y étais jamais venue. J’ai été ravie et un peu stressée de jouer dans cette salle historique.

Alexis : Je suis venu une fois pour assister au concert de Jaune, le batteur de Frànçois and The Atlas Mountain. La salle est intimiste et se prête bien à notre groupe. On s’y sent bien.

Camille : C’était vraiment super de jouer aux Trois Baudets. La taille de la salle, la pénombre et le fait que les spectateurs soient assis nous ont complètement mis dans une atmosphère intimiste, limite théâtrale et nous avons joué comme à la maison, en oubliant presque le public. C’était une très belle expérience et nous espérons avoir la chance d’y rejouer un jour.

Vous avez joué à l’Aéroport d’Orly fin août. Comment avez-vous été contactés et comment le concert s’est-il déroulé dans ce lieu atypique ?

Camille : C’était à l’occasion du concours Gate Up avec les Inrocks et l’Aéroport d’Orly. Alexis nous a inscrit (le jour de la fermeture des inscriptions…). On a été sélectionné et 15 groupes ont joué. Habituellement, les gens arrivent très tôt à l’aéroport, alors ils prennent le temps de s’arrêter. De plus, on jouait pendant des sessions de 20 minutes suivies de 20 minutes de pause. Le format du concert était idéal pour ce lieu.

Avez-vous d’autres concerts de prévus et des projets pour la suite ?

Camille : Le 14 octobre on retourne à l’Aéroport d’Orly pour un concert car nous sommes dans le top 5 du concours.

Alexis : Le 25 octobre on va jouer au Motel x Bar à Bastille.

Camille : On a aussi réalisé une nouvelle chanson qui sortira bientôt. On en a d’autres en préparation. Et puis on finalise un clip que l’on a tourné cet été.

Le titre « Rafale » fait partie des nouvelles entrées en playlist de ce mois-ci. Comment a-t-il été composé et quelle est sa signification ? Quel lien le clip entretient-il avec la chanson ?

Camille : On a écrit les paroles tous les deux en essayant de mixer plusieurs choses. Il y a plusieurs interprétations possibles, même si je dois avouer que les paroles, à un moment, rejoignaient un peu la cause animale. J’ai réalisé le clip (des tableaux en 3D) sur SketchUp, un logiciel de création d’images 3D. Ce n’est pas une idée que j’ai eu avec la chanson mais l’art est sujet à tout type d’interprétation et la mise en 3D en suggère une parmi une infinité. Le clip collait bien au rythme de « Rafale ». On ne voyait pas d’autres clips possibles pour ce titre.

Laura Barbaray

P1000894

Alligator – Les Trois Baudets le 19/09/2017 – © Laura Barbaray

Article à retrouver sur Radio Néo.